CAPRERIE

 

Roquevaire, capitale mondiale des câpres

 

La culture des câpriers s'est développée dans nos collines, au cours du XVIIIème siècle, pour atteindre son apogée à la fin du XIXème et puis, s'effondrer subitement. En 1836, la ville de Roquevaire a été désignée comme "capitale mondiale de la câpre" et en produisait

80 tonnes en 1862, 100 tonnes en 1866, et jusqu'à 300 tonnes par an ; on en répertoriait 7 qualités différentes...

 

Roquevaire fournit toute la France et voir l'Europe en panses et fruits secs, fruits de carême notamment.

Roquevaire, avait le monopole de la câpre avec la commune de Cuges les Pins.

 

 

 

De l'ancienne conserverie de Roquevaire, la Maison Giraud,

   située à l'angle de la rue du Docteur Arnaud et de la RD96,

   il ne reste qu'une enseigne à peine visible sur le bâtiment.

Le câprier est un arbrisseau à souche vivace émettant chaque année des branches d'environ un mètre,

les feuilles ovales lisses et fermes portent deux épines recourbées par leurs grands pétales.